• Pour

    "la récré de JB"

    Prénom du mercredi

    "Innocent "

     

     

    Il en avait l'air,

    mais pas la chanson

    c'était un monte en l'air

    un fiéffé garçon

    ils l'ont retrouvé au flair

    l'ont mis en prison

    comment cela s'est pu faire ?

    quelle question ..

    Innocent pas bon les mains pleines

     


    24 commentaires
  • Détournements d'Ohayou

     

     ornements "mon beau Sapin"

    2011-01-012( créations "Lalie")

     

     

     version mini :  porte clé

    2011-01-014.jpg

    (bidouille Tricôtouille ) 

     


    10 commentaires
  •  

    Défi N°46

    proposé par Brigitte

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

     "Es tu au clair de ta lune ?"

    Quelqu'un m'a dit l'autre jour : "Je ne cherche pas la transparence, mais, tu vois, je m'accommode mal de tant de brouillard. C'est pour ça que je ne suis pas au clair avec moi-même. Tu fais comment toi pour résister ?"

    (parce qu'on évolue dans un monde qui nous affecte et crie) et à laisser ici vos mots, comme une signature de vous-mêmes, de ce qu'on sait de soi, un peu, beaucoup, passionnément, et à la folie de ses fragilités, de ses forces, de ses créations, de ses émotions, de ses vulnérabilités, de ses amours et de son intelligence.

    Un support en quelque sorte, du plus loin de nous-mêmes, c'est-à-dire de l'Autre ...pour revenir à soi

     

    0149.gif

    Répondre à cette question, nécessite d'avoir… "la foi ", la mauvaise est si facile : accuser l'autre de tous mes maux...

    Et pourtant c'est tellement tentant « d'être suprême exquis sans maux» …

    C'est vrai, c'est la faute à néon si j'ai cet air ahuri : il s'est encore branché sur le grille pain, ça fait des parasites dans ma parabole... pas de bol !

    Encore une fois, à quoi bon se lamenter ? C'est son sale caractère et la faute à Volt air ! J'ai bien d'autres choses à faire, au clair de ma lune, qu'à me rouler sous terre ...d'effroi ?

    

    « Connais toi toi même » a dit je ne sais quel sage « ... tu connaîtras les autres » de ce côté là, j'ai fait le tour de la question , jusqu'à avouer mes moindres recoins, clairs ou obscurs … c'est bien mon moi à moi, je le reconnais au flair, hum ! ça sent... la chair d'ampoule illuminée, la résistance grillée ! C'est Versailles dans mes entrailles, on a briqué les lustres, épousseté les toiles d'araignées pour la grande introspection depuis ma lune, c'est qu'il lui faut un peu de place à cet amas de résidus venus d'ailleurs, chassée des autres mondes puisqu'elle n'était pas ronde. Ma lune... mais en est-ce bien une ? Agglutinée de bouts de rien, de cristaux humanoïdes récoltés à travers ses bings et ses bangs, psalmodie des rhapsodies bleues qu'elle tient de camaïeux d'antan, gigote et s'ébroue à travers une lunette au petit bout vitreux: flou artistique, fondue déchaînée, m'entortille, me torpille, me mordille l'orteil, me chuchote à l'oreille...

    J'aime sa folie infiltrée explosive, son « blop » gargarisme, qu'elle administre sans crier gare..garisme! Madame  est servie ! Elle me patchwork au coeur et au corps, à grands coups d'aiguillées raccommodage « Frankestein »,fait néante, greffe naturelle...bio étiquette estampillée !

    La suivre ?..C'est l'évaporation, le siphon évacuateur, le grand nettoyage à l' « au clair », défonçage de brouillard, hâlo clair  amphibie !

    Parfois à peine quelques signaux perceptibles, enfouis sous des parchemins nébuleux persistent... Est-ce la fin, le renouveau ?

    Tapie dans une palpitation ralentie, elle attend, se nourrit d'autres ardeurs, d'autres notes, d'autres beautés insignifiantes, se régénère de contacts incandescents ….

    Branchies filtrantes dirigées vers l'au de là bas et l'au des autres, tentacules oculaires à facettes lustrées, la tête chercheuse reprend mon hyperbole, ma « thématique » entre mes x et mes y, devient thèse, prothèse à protons, éclaireuse …

    Je ne lui pose pas de questions, sur ses borborygmes d'ailleurs ...Je sais où va sa comète comateuse. Elle ne m'en pose pas non plus.....connait mes artères principales ....mes voies sans issues, mes soupapes à scories. 

    Avoir une lune qui papillonne, une luciole sous le néon, un sonar à propulsion, c'est une chance …On avance...finalement sans  avoir "les foies" à travers le brouillard extérieur,  le carbure mijote... à l'intérieur !

     

    @Tricôtinoclairdeplume




    31 commentaires
  •  

    100_4049.JPG

    pochette façon Tilda                   sac à ouvrage               Ohayou façon Odine

    (réalisations de Lalie   sur une musique de Tricôtine)

     

    Il n'y avait que trois tout petits jours à vivre là bas, dans le cocon familial resté au pays.. Mon port-accroche coeur, qui m'appelle par vagues successives, cette sirène aux chants enjôleurs, j'y succombe chaque fois, sans jamais vouloir résister, c'est une  source rare  à laquelle je m'ennivre jusqu'à la déraison...

    Trois jours ... à récolter ces fruits  mûris tout au long de l'automne, déposer ces baisers sur ces êtres que l'on aime, qui nous manquent malgré des contacts presque quotidiens virtuoses et virtuels... Trois jours, c'est court ! Il ne faut pas perdre la moindre seconde d'enchantement, minimum vital requis.. T'as faim ? pas le temps .... pas le temps !! On grignotte sur un coin de table, les restes  (de beaux restes de fête ) . En avant , la batterie fanfare étalée sur la place publique :  livres,  bobines de fil,  coupons de tissu, ciseaux, épingles. Moteur... Machine à coudre toute ! Prête ?  oui ... Couper, tailler, ronds et carrés, lorgner, zyeuter le droit fil, les sens en alerte, et ça swing  et ça sewing(*) , la valse se déroule comme ça pendant trois jours...

    La couture nous nourrit, nous abreuve, c'est l'Oasis au coeur de l'hiver, la floraison que l'on n'attend plus sous la neige ! Le garçonnet qui joue à nos côtés, a envie de "faire" lui aussi, ça semble si amusant ... Pourquoi  rient-elles tant ? Qu' ya -t-il de si drôle ? Sont-elles ivres ? Oui! nous sommes ivres de l'oeuvre commune, ivres de nos retrouvailles, de fous rires, de rubans et de fer à repasser !! Oh là ...je ne vous crois pas !! Si ! Si... repasser le tissu qui va donner naissance à la chose!! Ce fer là... mais c'est une harpe, ce n'est pas la harpie qui nous casse le moral au sommet d'un panier à repasser, à ressasser jusqu'au dernier mouchoir ! Ce fer là, c'est celui qui frise les moustaches et les sourires, qui accouche du meilleur....

    Trois jours ont passé , Misère ! Trois jours ont trépassé, l'Oasis est à sec, l'oeil humide, il faut se quitter. Je repars, mon sac gorgé de souvenirs, l'appareil photo révelera les splendeurs passées à la fermeture zip... Qu'entends-je ?

    Le prochain train pour l' Ohayou sifflera.... trois jours! ..Est-ce un chant de Sirène ? ...

     

    (*)  to sew: coudre  (anglais)

     

    @Tricôtinechézizine

     

     


    26 commentaires
  •  Jeudi Poésie

     communauté CROQUEURS DE MOTS

     

    2011-01-01.jpg

    Trier les boutons

    à d'autres....les lentilles

     

    tirer la langue aux chas

      enfiler les aiguilles

     

    appliquées  petites mains

    accouchement sans douleur

    une pochette affleure

     

    court bouillon de couture

    Pari tenu....Paris vécu

     

    Top là ! pour ta Haute couture!

     

    @Tricôtinàzizine


    30 commentaires