•  

     

     Jeudi Poésie

    sous l'oeil de  Nat

     

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

     

     

    hibiscus

     

    Silence insidieux
    infiltré dans les lieux
    le téléphone s'est tu
    se réveillant parfois
    comme une erreur
    en dernier soubresaut.


    Le village pierreux

    erre sans âme
     seule l'horloge du clocher
    sait encore l'heure qu'il est
    un coq au loin répond en echo
    chaleur...chant langueur
     
    A travers la fenêtre
    l'hibiscus à fleur double
    tend ses bouquets violacés
    autant d'invitations à partir,
    à quitter l'ombre de mon labeur.

     

    Par la porte ouverte

    une brise légère insufflant la vie

    soulève quelques papiers assoupis

    sortis d 'une agrafée torpeur
    l'espace d'un instant 


    Je jouis de la vacance
    je jouis du calme bienfaiteur
    les clameurs sont ailleurs
    parties loin sur les plages
    les bruits informatiques
    n'ont plus de résonnance
    l'ordinateur ronronne
    gros chat fiévreux
    bureaux en latence
    bureaux en partance ... 
       
    Mon esprit vagabonde,
    se perdant un peu
    à l'extérieur des chiffres

     songeur..... 
     
    Juillet salvateur
    mis à jour les compteurs 
    Juillet annonciateur
    d'un Août loin ... rieur

     

    @Tricôtinoboulo


    44 commentaires
  • Jeudi en poésie

     sous l'oeil de ANNI

     

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

    "Revues et corrigées"

     

      repassage

     

    hissées couleurs

    "étendards"  

    flottants à la chaleur

     

    emplissons panières

    chemises, pantalons, mouchoirs

    nu le fil de l'étendoir

     

    fer à toute vapeur 

    montagne repassée

    jolies piles parfumées

     

    armes rendues

    armoires ordonnées

    chaude revue

    14 Juillet !

     

    @ Tricôtine  15.07.2010

     


    38 commentaires
  • Jeudi en poésie

     sous l'oeil de ANNI

     

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

    foins 

    Allez ....roulez,

     boulez, déboulez,

     balles fantastiques

    voici venu le temps

    des foins odorants

     

    Adieu bottes carrées

    empilées, 

     éboulées, 

    cabanes magiques

    des granges d'antan

     

    forme changée

    fond identique

    A fond de foin

    Roulez, grimpez, glissez,

    chahutez sur les balles

    chuchotez sur les bottes 

    point chafoins

     chats beautés

      profitez de l'été !

     

    Le foin sera bientôt rentré.... 

     

    @ Tricôtine 08.07.2010

      2010-07-06


    40 commentaires
  •  

    Jeudi en poésie

     sous l'oeil de Nounedeb

     

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

      0128.gif

     

    Méditations à fleur de flots ....

     

    Corde sensible écartelée à outrance

     sentiments étranglés à la proue

    pardonnent l'entaille sur la coque 

    infligée par l'aileron du requin .

     

    Victor Hugo passe sur mon  âme

    "Les bons mûrissent, les mauvais pourrissent"

    cicatrisant l'attaque navale

    en bienfait exaltant la rêverie

     

    Sortis de l' abîme  profond

    yeux levés vers de fiers horizons

    soleil et vérité éclairent le passage

    chaleur caressante en massage,

    la coque à fleur de peau

    reprend la mer à fleur de flots.

     

     

     @ Tricotine 01.10.2010

     

    (avec le concours de Mr Victor Hugo  sa citation en gras incluse au  poème) 

     

     

    "O combien de marins, combien de capitaines -

    Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,

     - Dans ce morne horizon se sont évanouis!

    - Combien ont disparu, dure et triste fortune!

    - Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune... "
     

    Victor Hugo   Les Rayons et les Ombres (1840), Oceano Nox

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    25 commentaires
  •   Jeudi en poésie

     sous l'oeil de Noune

     

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

     

     

    Printemps parfumant

    les prés verdoyants

     paille et foins ruminés

    gorgeaient d'albâtre

    les blondes mamelles

     

    Parcourant les étables

    à petits pas, enfant

    aux pis je suis allée

     

    je me souviens  de ton odeur

    je me souviens de ta blancheur

    je me souviens de ton écume

    je me souviens de ta chaleur

    je me souviens de ces chemins

    je me souviens de ces cailloux

    je me souviens, trébucher

    je me souviens, te renverser

     

    Images d'Epinal

    Etables disparues

    pot à lait au grenier remisé

     

    Aujourd'hui pour toujours

    je sais ton parfum de quiétude

    toi seul sait de ton baume apaiser

    mon corps et mon esprit

    Ô lait à mes lèvres ....suspendu

     

     @ Tricôtine 24.06.2010

     

    14--Nature-morte-au-lait.jpg

    (nature morte hyperréaliste album Joël reproduction interdite)

     


    42 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique