• 0008

     

    J'essaie en vain d'obtenir une cocarde que je ne peux atteindre, je sais qu'elle soulagera la douleur qui me brûle là bas , lointaine... Impossible de rejoindre le petit morceau de tissu froncé, il m'échappe inlassablement... J'allume, deux heures annonce le réveil, j'ai rêvé .Ma nuit a volé en éclats, mon orteil s'est transformé en coeur palpitant , j'ai mal , je me lève et trouve un comprimé que je ne veux pas prendre, pourtant il devrait soulager ces palpitations sanguines qui affluent jusqu'au bout de ma peau.. Etrangement je suis sereine , seules mes paupières inférieures dont le poids fait ouvrir mes yeux sans résistence m'indiquent que l'heure est inhabituelle, qu'il est bien trop tôt pour mon cerveau. "Au lit !" m'ordonne ma conscience , j'y retourne de ce pas obéïssant à la sagesse ... Bulle encore étourdie s'éveille heureuse de me voir levée de si bon matin, ronronne à mes pieds, réclame des câlins que je n'ai pas eu l'heur de lui offrir hier soir, trop vite partie m'allonger. Pas de cocarde dans le buffet, le comprimé ne fait pas effet, je tourne et vire, une autre douleur s'éveille à son tour, le dos est vrillé et je suis sereine.... Je me lève à nouveau, prends la Bulle offerte à moi, l'emporte sous les draps, la sagesse n'est plus, le ronronnement de la petite boule de poils m'enchante, m'empêche de dormir, elle s'apaise et je ne dors pas... Cinq heures, mon estomac réclame un petit déjeuner, lentement sans faire de bruit je sors du lit , ne réveillons pas l'autre partie de la maison qui dort encore, pas de micro ondes qui va sonner le glas en bips perceurs de nuit, un bol de lait chauffé à la casserole et ce fumet de chocolat qui apporte son sourire...B.....a.! Une envie d'écrire ces impressions bizzarres... un premier quartier de lune se dévoile sur le calendrier des postes, mes cheveux vont pousser plus vite, je viens de les couper.... Un vol de nuit  a rappelé mon corps à la vie ... Six heures , j'ai sommeil ....

     

    © Tricôtinôtroptôt


    17 commentaires
  •  

    Après prolongation de l'étude

    il semblerait que Truffignole provoque des effets inversés

    sur les maîtres canins de la gent Masculine...

    GEDC0253.JPG

    ils reconnaitraient la voix de leur animal domestique

     

    à l'odeur de leurs pattes... c'est assez renversant

     

    des progrès sont à envisager

    avant que cette puce ne bouleverse  le marché !

     

    © Tricôtinômoqueries


    10 commentaires
  •  

    Défi N°67

    proposé par Enriqueta

    communauté CROQUEURS DE MOTS

     

     

    "Ce matin, comme tous les matins, je prends mon journal habituel (nom du journal),

    je le déplie et je découvre alors avec surprise que mon portrait se trouve en première page (...)"

    Ecrivez la suite.

    Vous pouvez changer un peu la situation de départ

    mais le journal et la photo dans le journal sont indispensables.

    Vous n'êtes pas obligés de reprendre les phrases du début, vous pouvez les réécrire. 

     

    Les Pieds Nickelés

     

    Ce matin, comme tous les matins, je prends mon journal habituel "Les pieds nickelés", je le déplie et  découvre alors avec surprise que mon portrait se trouve en première page .

    Habituée à trouver dans mon magazine les aventures de trois filous quelque peu roublards, peu chanceux se carapatant à toutes jambes, que viendrais-je faire dans leurs galères à part servir de lanterne rouge et me faire ensalader à leur place dans le panier des poulets ?

    Je m'empresse de lire l'article pour savoir ce dont il s'agit: Le laboratoire Canitruffignole  expose les résultats  d'une étude très sérieusement menée auprès d'un échantillon représentatif de la gent canine . Selon leurs dires, les animaux domestiques pourraient être dressés grâce à une puce à l'oreille qui leur permettrait de reconnaître la voix de leur maître uniquement par l'odeur de ses pieds, pour preuve ces photos prises au cours de la mise en oeuvre du procédé.... GEDC0245

    phase 1: reconnaissance de l'odeur de chaussette

     

    GEDC0242

    phase 2: Immobilisation instantanée du chien

     

    GEDC0243

    phase 3: Essai sur un animal de poids supérieur

     

    GEDC0241

    phase 4 : humer la voix de son maître grâce à truffignole

     

    GEDC0244

    Phase 5 : Les deux races sont aux ordres

     

    GEDC0246

    Ribouldingue , Croquignol et Filochard

    L'Epatant (*) remède des pieds nickelés

    c'est Truffignole !

     

    Quid des félins ? Mystère !

    mais..... je n'ai plus qu' une envie...

    pendre mes jambes à mon cou .....sans en faire un fromage....

     

    © Tricôtinôbande des cinophiles au char en croc qui miaule

     

    (*) l'Epatant : Revue dans laquelle apparaissent pour la première fois les aventures des "Pieds nickelés "


    22 commentaires
  • Il faut souffrir pour être belle disait-on je crois ? 

    Je les trouvais fort disgracieux

    depuis que j'en avais aperçu une paire au détour d'un marché

    mais il faut avouer qu' être mochement chaussée pour ne pas souffrir,

    ça vaut le coup de pied !!

    j'ai choisi les plus délirants ....

    ils me vont comme des mapagants

    de vrais crocs mitaines à petons,

    des crocs madame pour pédibus altéré !

    Il y a même une moumoute amovible en faux mouton mérinos !

    l'algodystrophie(*) n'a qu'à bien se tenir...

    nous continuons les pikouzes nauséeuses abondantes

     

    GEDC0218.JPG

    Merci  Noune pour le tuyau!!

    me voilà croc...enjambée de rose bonbon

    et c'est drôlement bon ...pour ce que j'ai !!

     

    Me suis acheté des pt'ites anglaises

    pour quand il fera bon se promener en toute liberty

     

    GEDC0219.JPG

     

    A très vite.... 

    j'ai plein de choses à vous raconter !!

    mais pas encore le néon bien éclairé!

     

     

    © Tricôtinôcrôc'oeurs

     

    ( *) c'est pas la croc mort mais c'est long à digérer ...

    les pas se font rarement chaussés mais les mains tricotent au chaud


    14 commentaires
  •   Défi N°66

    proposé par Vert de Grisaille  

    communauté CROQUEURS DE MOTS


    "Enlacez vos lacets sans vous lasser!"

    De quoi s'agit-il? Partez d'un objet aussi anodin qu'un lacet, serpentez sur ses boucles et ses (in)sinuations, et laissez-le créer le noeud complexe d'un moment. Car, après tout, ce sont les objets les plus anodins qui nous sont les plus utiles, et qui nous ramènent parfois des souvenirs d'une époque, d'un instant, d'un autre objet chéri, d'un détournement d'utilisation, d'une pensée incongrue...

     

    Amusez-vous, que ce soit en champs lexicaux, consonnances, doubles sens, non-sens, sens cachés ou même assonnances. Proposez vos proses ou posez vos poésies, l'essentiel étant que de lascifs lacets apparaissent et fassent le lien entre mon thème et votre création.

     

     

    croquenaud.jpg

     

    Deux bottines en pleine fleur de leur cuir sans lacets lascives, filaient l'amour parfait dans un dressing de haut standing.

    Un jour, éculées d'avoir tant cheminé ensemble sur le pavé impavide des grandes villes décidèrent de mettre fin à leur cohabitation , l'une ( la plus cabotine) reprochait à l'autre de regarder en catimini dans le blanc des oeillets un basket avachi, logé à  l'étagère au dessus . Des traces de cirage avaient laissé des marques sur le basket désoeuvré,

    "n'était ce pas là une preuve d' infidélité ?" s'écria la bottine droite sur sa tige, à son miroir qui lui renvoya aussitôt l'image de sa coupable partenaire... Ma gauche veut se faire faire des percings tout ça pour s'enlacer en un éclair avec le basket qui semble manquer de copine d'étagère, est-ce ma faute si nous devons être toujours astiquées, alors que lui se laisse vivre au grand air, il n'a même pas la décence de laisser ses lacets bouclés, il est là  l'ignoble tentateur laissant traîner ses longues faveurs jusqu'à  notre fenêtre...  Je vais monter sur mes hauts talons et lui boucler sa languette à cet agitateur, non mais... s'il croit que je vais me lacet faire ! Sur ces entrelacs elle monta ...traversa le "cor y dort" où une foule étrangère la croisa , un monde de lacets qu'elle n'imaginait pas : espadrilles, ballerines,  trouva une colonie de baskets tous autant avachis et délacés que son ennemi juré, ne sût lequel  avait titillé sa gauche compagne, s'enfonça loin jusqu'à ne plus distinguer les chaussures des lacets emmêlés. Sa Gauchère se désolant de rester dépareillée au bas du placard, monta à son tour , s'affranchit d'une première orthopédique qui la faisait souffrir, manqua se prendre un oeil de perdrix dans une foire d'empeigne avec un escarpin et trouva sa moitié dans une boite 

    " le killy manjaro" , langoureusement enlacée aux crochets d'un vieil après ski crevassé.

    Le vieux croquenaud s'étant retrouvé au clou, n'avait plus vraiment l'heur de sortir...La petite bottine bien adroite et fort séduisante, avait sû lui faire voir du pays, engagée comme demoiselle de compagnie , il ne se lassait pas de ses  histoires de pavés, lui le vieux défraîchi à qui on ne laçait plus les crochets pour dévaler les sommets, se cramponait à l'idée qu'un jour il sortirait de l'ombre pour entrer en collection vintage "fan des sixties".

     

    @Tricôtinôlaçages

     


    32 commentaires